Bonjour,

Voici différents extraits de mon livre «Sorties de Zone» dans lesquels j’aborde ma relation avec l’argent et comment j’ai fait face à l’insécurité financière lors de mes différents processus de changements :

1er EXTRAIT
«… Nous avions toujours vécu modestement et à la hauteur de nos moyens, ce qui nous avait permis d’amasser des épargnes et de souffler un peu. Ce petit coussin nous donna le temps de réaligner nos vies. Nos épargnes nous ont évidemment facilité le choix de changer de vie. Par contre, même sans ces épargnes, je suis convaincu que nous aurions quand même pris la même décision. Nous aurions simplement été un peu plus serrés. Autant mes économies m’avaient permis de quitter pour Montréal sur un coup de tête et de travailler gratuitement il y avait quelques années, autant elles nous facilitèrent la chose lors de notre retour à Québec.

Bref nous nous arrangions bien dans les circonstances et nous réussissions tant bien que mal à nous débrouiller. Nous ne vivions pas sur l’or mais nous étions heureux. Par contre, je ne peux pas dire que ce bonheur d’être de retour à Québec fut de tout repos à nos débuts.

En fait, dans la liste officielle des facteurs les plus stressants dans une vie, nous en avions plusieurs en même temps: 

  • pertes de nos deux emplois ; 
  • déménagement dans une autre ville ; 
  • achat d’une première maison ; 
  • je me lançais en affaires ; 
  • le décès de la mère de Marjolaine ; 
  • 2 autres naissances ; 
  • trois enfants en bas âges. 

Et tout ça, durant la même période. C’est à dire, concentré durant les trois premières années de notre retour à Québec. Nous avions le beau cocktail des plus grands stress. Assez difficile à battre. Avec le recul, je dois avouer que ça me donne mal à la tête seulement de lire cette liste. La vie est parfois bien faite car à l’époque nous n’en étions pas trop conscients. …»

2e EXTRAIT
«… Je demandai également à ma banque de réduire au minimum mes paiements mensuels d’hypothèque. C’est à dire, que je décidai de payer seulement la portion intérêts minimums et mensuels sans réduire le capital. Quelle est la différence entre faire ça et payer un appartement dont on ne devient jamais propriétaire ? Aucune. Je fis donc comme si j’étais en appartement…mais dans ma propre maison et à presque la moitié du prix. C’était comme si je payais simplement un loyer, ni plus ni moins. 

 Je réduisis donc mes paiements mensuels de façon importante. Presque de moitié. C’est l’avantage des marges de crédit hypothécaires totalement flexibles. Contrairement aux hypothèques à taux et versements fixes et bloqués pour une longue période. La marge hypothécaire est un peu plus chère en terme d’intérêt mais elle est beaucoup plus flexible au besoin. Dans mon cas, cela s’avéra également très souvent utile durant mon parcours en affaires lorsque vint le temps d’avoir accès rapidement à une marge de crédit à très faible taux. C’est même par cette marge hypothécaire que j’achète toujours mes voitures…avec un taux avantageux d’hypothèque. …»

3e EXTRAIT
«… J’arrêtai de contribuer à mon REER durant cette période de transition. Je suis convaincu qu’à 75 ans je ne me souviendrai plus du tout de cette petite période de non contribution. Et si j’avais le goût de travailler toute ma vie mais à mon rythme sans jamais être à 100% à la retraite tellement j’aime mon travail? Si notre ancien premier Ministre Jean Chrétien est encore capable de faire du wakeboard à 80 ans, d’après moi, je ne mourrai pas à travailler seulement quelques heures par semaine passé 65 ans. Non ?

Pourquoi ne déciderais-je pas de travailler à temps partiel toute ma vie jusqu’à ma mort ? J’éviterais peut-être ainsi la pression malsaine de piler à ce point avant de mettre ma «switch» de retraité complètement à off et à un âge beaucoup trop jeune de toute façon.

Est-il vraiment nécessaire de travailler si intensément durant une courte période pour arrêter complètement durant une autre ? Pourquoi est-ce si noir ou blanc ? J’ai décidé que je travaillerais toute ma vie…mais seulement un peu tout le temps si ma santé le permet évidemment. Seulement à un rythme disons : sain. J’ai choisi la stratégie du marathon et non celle du sprint. …»

Ce ne sont évidemment que quelques extraits sortis de leur contexte. Par contre, dans le livre je développe beaucoup plus en détails la question de l’insécurité financière. Je précise également les moyens que j’ai pris pour effectuer mes changements à court et moyen terme.

Outre les obstacles reliés à l’argent, quels seraient les autres blocages auxquels vous faites face présentement et qui vous empêchent de passer à l’action en effectuant le changement souhaité dans votre travail, votre carrière ou votre vie personnelle?

Dans un prochain courriel, je tenterai de répondre à vos principales interrogations en tirant du livre «Sorties de Zone» des passages qui abordent vos interrogations. Cela me permettra également de mieux comprendre et d’analyser les différents contextes de changements reliés à vos situations très diverses.

Merci encore une fois de me faire part de vos commentaires. Je suis encore une fois très impatient de vous lire. Je lirai encore une fois avec une grande attention TOUS vos commentaires.

À très bientôt,

Daniel Blouin

PS: Laissez vos commentaires ci-dessous ! 

Saisis ton adresse courriel pour recevoir GRATUITEMENT

 

le LIVRET PDF des 5 MAUVAISES RAISONS
pour effectuer un changement de vie 

une vidéo qui t'aidera assurément à effectuer ton changement désiré 

+

 
la préface du livre Sorties de Zone écrite par Annie Brocoli

 

Vous êtes bien inscrits. N'oubliez pas de confirmer votre adresse pour obtenir les cadeaux.